Etape 2

Analyser la situation & établir un diagnostic

Enjeu : dresser un état des lieux complet de la situation personnelle et professionnelle de l’agent

Le détail de l’étape 2

A. En amont du GME

POINT DE VIGILANCE : L’agent et son encadrement ont été informés au préalable que la situation va être étudiée en GME.

A partir des fiches individuelles reçues, la référente handicap prépare et diffuse l’ordre du jour des réunions aux membres du GME. Chaque membre du GME prépare les éléments relevant de son champ de compétences pour chaque situation à l’ordre du jour (exemples : contre-indications médicales, existence d’un titre administratif de reconnaissance du handicap, absentéisme, formation, expériences professionnelles, etc.).

POINT DE VIGILANCE : Cette recherche des données est possible si l’ordre du jour est diffusé suffisamment en amont (idéalement au moins une semaine avant la réunion du GME).

B. Pendant le GME
  1. Le GME réalise un point d’étape sur les situations étudiées au cours des dernières réunions.
  2. Le GME étudie les nouvelles situations : chaque membre du GME expose ses éléments, partage ses données, dans le respect du secret médical et professionnel. La fiche individuelle maintien dans l’emploi est complété avec ces informations.

Si nécessaire des invités ont été conviés (encadrement, ergonome, acheteur, etc.) pour enrichir l’analyse de la situation.

Un diagnostic de la situation est ainsi établi (Cf. schéma d’analyse de la situation).

POINT DE VIGILANCE : La qualité de l’état des lieux dressé et le caractère pluridisciplinaire de ce travail conditionnent la qualité de la solution retenue.

C. En aval du GME

En cas d’absence du DRHDS à une réunion du GME, la référente handicap lui présente le diagnostic ainsi que les suites envisagées, pour consultation et avis. Elle informe les membres du GME des ajustements éventuels.

Le DRHDS informe et consulte l’encadrement puis l’agent, sur ce diagnostic et les suites envisagées (informations complémentaires à recueillir et/ou solutions envisagées si elles ont été abordées en GME).

Si cela est nécessaire, des membres du GME collectent un complément d’informations au regard de leurs champs de compétences respectifs.

Exemples :

  • Une visite de poste pluridisciplinaire (médecin du travail, agent, encadrement)
  • La rédaction d’une fiche de poste détaillée
  • Une étude ergonomique
  • L’information des agents en arrêt longue de l’intérêt d’une visite de pré-reprise
  • Etc.

POINT DE VIGILANCE : Après consultation et validation du diagnostic par le DRHDS, l’encadrement et l’agent  sont consultés.

Les outils de l’étape 2